Le 24 février dernier, Jean-Christophe Lagarde, Député-maire de Drancy et Président Exécutif du Nouveau Centre, est venu à la rencontre des militants et sympathisants de la fédération de la Moselle.

Trois députés UMP de Moselle (Marie-Jo Zimmerman, Denis Jacquat et François Grosdidier) avaient également fait le déplacement pour écouter Jean-Christophe Lagarde évoquer la place du Nouveau Centre au sein de la majorité présidentielle, ainsi que les sujets qui font l’actualité.

003

En introduction, Nathalie Colin-Oesterlé, Présidente de la Fédération de Moselle, a tenu à rappeler que si « le département de la Moselle tout entier porte en lui les valeurs du centrisme », il lui faut toutefois « reconquérir cette identité politique, en faisant grandir un mouvement clairement identifié et positionné au centre, partie intégrante de la majorité présidentielle et porteur des valeurs sociales et européennes qui ont toujours été sa marque … A droite, l’UMP n’a pas vocation à rassembler dans une entité unique toutes les sensibilités de la droite et du centre ».

Le Nouveau Centre correspond aujourd’hui aux attentes des sympathisants qui ont marqué de l’intérêt pour son action et manifesté l’envie de le rejoindre, « tandis que le Modem a définitivement quitté la famille centriste depuis que son Président a fait de sa posture permanente d’opposition farouche et systématique au Président de la République et à la majorité présidentielle son unique raison d’être et le postulat de son action ».

Enfin, Nathalie Colin-Oesterlé a rappelé l’importance que constitue aujourd’hui la présence d’un « foyer centriste clairement affiché, fédérant en son sein les représentants de la droite modérée, comme rempart durable contre le basculement à gauche ».

Jean-Christophe Lagarde et Nathalie Colin-Oesterlé

Jean-Christophe Lagarde et Nathalie Colin-Oesterlé

Jean-Christophe Lagarde, devant un auditoire manifestement conquis, a expliqué les valeurs et les ambitions du Nouveau Centre : « Le Nouveau Centre, c’est le parti de la réforme équitable ! C’est vrai que nous ne sommes pas encore dans la situation de l’ancienne UDF, qui pouvait peser sur les débats et favoriser le pluralisme. Mais une majorité, ce n’est pas un régiment ! ».

Sans état d’âme, Jean-Christophe Lagarde a expliqué pourquoi il soutenait la politique gouvernementale, et notamment en cette période de grave crise économique, tout en précisant que le Nouveau Centre avait justement vocation à « pousser la majorité à être la plus équitable ». D’où les réserves exprimées par Jean-Christophe Lagarde sur les franchises médicales et sur la proposition présidentielle de supprimer une tranche de l’impôt sur le revenu.

En revanche, le choix du gouvernement français de privilégier un plan de relance par l’investissement est un choix de raison face aux propositions de la gauche française qui se contente d’une politique réchauffée issue des années 81 – 83, synonyme d’échec et d’accroissement des déficits et de la dette publique : « Un plan de relance par la consommation ne créerait aucune richesses nouvelles pour notre pays mais consisterait à tirer un chèque de plusieurs milliards d’euros sur le compte de nos enfants et à financer les travailleurs chinois ».

009

Jean-Christophe Lagarde a réaffirmé également l’attachement du Nouveau Centre pour l’Europe et la nécessité d’avancer sur l’Europe politique. Et à tous ceux qui regrettent l’absence d’une Europe sociale, il rétorque « On ne peut pas sans-cesse réclamer que l’Europe soit plus sociale si on n’accepte pas d’abord que l’Europe soit politique ! ».

Jean-Christophe Lagarde a rappelé qu’il avait voté contre l’élargissement à 27. Cet élargissement a été une erreur, dont les conséquences doivent être aujourd’hui atténuées, non pas en rejetant les pays issus de l’élargissement, mais en cessant de vouloir tout entreprendre à 27. Il plaide, pour cela, pour une Europe à plusieurs vitesses, en fonction des ambitions de chacun des Etats membres, afin de ne pas ralentir ceux qui veulent avancer sur la voie de l’intégration politique européenne.

0061

Publicités