Mercredi 1er avril, Hervé Morin est allé à la rencontre des adhérents des fédérations 54, 55, 57 et 88, dans le cadre d’une réunion publique à Villers-lès-Nancy, au château de Remicourt. Près de cent personnes avaient fait le déplacement pour écouter le Président du Nouveau Centre. Hervé Morin a affirmé : « nous voulons incarner ce que représentait l’UDF avant : une conviction européenne ancrée et l’idée de la liberté».

Michel Dufraisse (54), Jocelyne Allane (88), Hervé Morin, Nathalie Colin-Oesterlé (57)

Michel Dufraisse (54), Jocelyne Allane (88), Hervé Morin, Nathalie Colin-Oesterlé (57)

Deux thèmes furent plus particulièrement abordés : les libertés et l’Europe.

La défense des libertés est une valeur essentielle du Nouveau Centre. Hervé Morin a expliqué que celles-ci pouvaient être menacées par les nouvelles technologies, et plus particulièrement Internet. La régulation est indispensable. En effet, Internet est un endroit où l’anonymat n’existe pas et où le droit à l’oubli est négligé. Ainsi, il a défendu l’idée selon laquelle il fallait se diriger vers un système où on jouirait de ce droit à l’oubli et où le fichage ne devait pas être possible.

Sur l’Europe, Hervé Morin a affirmé qu’elle ne devait pas être qu’un simple espace de libre échange mais plutôt un espace politique. Ce modèle est d’ores et déjà le plus beau modèle du monde pour l’Homme en le comparant au modèle hyper-libéral des Etats-Unis ou au modèle de la Chine communiste. Il faut promouvoir l’idée d’une Europe basée sur l’économie de marché mais qui n’oublie pas les solidarités. Il s’est ému du fait que « ces élections ne parleront pas d’Europe en raison du contexte économique et social difficile. Ces élections porteront tous les démagos et les populos de la terre ».

Publicités