Le nouveau centre se félicite du revirement du ministre du budget sur la « règle d’or » qui a toujours été notre combat

Philippe Vigier, porte-parole du Nouveau Centre pour les régionales, député d’Eure-et-Loir membre de la commission des finances se félicite du revirement du ministre du budget sur le bienfait de la Règle d’Or, qui est l’interdiction à inscrire dans la Constitution de voter des budgets en déficit de fonctionnement. Il n’est jamais trop tard pour bien faire ! Dans une interview aux journal les Echos ce matin, M. Woerth dit avoir changé de position sur cette idée, et rejoint ainsi les parlementaires du Nouveau Centre dans notre combat pour la règle d’Or.

La révision constitutionnelle de juillet 2008 avait permis, grâce à l’implication du Nouveau Centre de faire un pas dans cette direction. Ce pas était un encouragement. Le revirement du ministre du Budget aujourd’hui nous donne un nouvel élan. Compte tenu de la dégradation de la situation budgétaire du pays due à la crise, il n’est plus temps de tourner autour du pot. Nous considérons comme une priorité absolue d’inscrire dans le marbre de la Constitution le principe l’ interdiction de présenter le budget de l’ Etat en déficit de fonctionnement.

Le combat pour une bonne gestion de l’argent public a toujours été celui du centre et du centre-droit, de l’UDF hier, du Nouveau Centre aujourd’hui. Les parlementaires du Nouveau Centre, portent cette exigence au quotidien à l’Assemblée et au Sénat. Notre ligne de conduite est simple : l’Etat doit pouvoir s’endetter si c’est pour investir, pour préparer l’avenir, comme c’est le cas pour le Grand emprunt : dans la recherche, l’éducation, l’économie verte etc.  Il est en revanche inacceptable que l’Etat s’endette pour assurer le financement de son fonctionnement quotidien.

Stopper la dette c’est d’abord un impératif éthique : nous ne pouvons pas faire payer aux générations futures les dépenses courantes d’aujourd’hui. C’est aussi un impératif économique : c’est l’assainissement de notre situation budgétaire qui nous permettra de trouver les marges de manœuvres pour financer les dépenses d’investissement, vitales en matière de recherche, d’éducation, comme de garantir la cohésion sociale et d’accélérer la croissance de notre pays.

Charles de Courson, Trésorier du Nouveau Centre continue son « Tour de France de la dette » en animant des colloques dans les Ecoles et les Universités sur le thème « la dette dans tous ses débats ». Les Jeunes Centristes ont quant à eux lancé une campagne de pétition « Stop la Dette », point de départ d’une mobilisation populaire et responsable visant à faire cesser sur la question des déficits le laisser-aller et l’impuissance.

Publicités