Les Jeunes centristes, mouvement jeune du Nouveau Centre, dénoncent avec force les prises de position récentes du gouvernement et d’une partie de la majorité présidentielle quant à la politique de sécurité dans notre pays.

Installations de préfets policiers, déclarations sur la déchéance de la nationalité, emprisonnements des parents de mineurs délinquants, mises en cause systématiques des populations issues de l’immigration, évacuations brutales de camp de Roms, sont autant d’éléments populistes et démagogiques qui tendent plus à des mesures réactionnaires qu’à une politique mettant en œuvre des solutions équitables et durables.

En effet, ministre de l’intérieur d’abord, Président de la République ensuite, Nicolas Sarkozy a « déclaré » plus de 10 fois la guerre à l’insécurité en moins de 8 ans. Cette surenchère de communication et d’ajustements législatifs (un fait divers = une loi) révèlent aujourd’hui leurs limites et ne résolvent visiblement en rien les problématiques fondamentales de l’insécurité en France.

Aujourd’hui, le gouvernement et une partie de la majorité, conduisent une politique d’insécurité(s) ; insécurité car l’équilibre du vivre ensemble n’est pas une priorité. Mais aussi insécurité citoyenne en opposant des catégories de français les unes aux autres. Insécurité éthique encore, car cette politique réveille de dangereux instincts de crispation, d’intolérance et de haine entre les citoyens. Par conséquent, il s’agit également d’une politique d’insécurité éducative et civique car lorsque l’État oppose plus qu’il ne rassemble, lorsqu’il dénigre plus qu’il ne tolère, lorsqu’il interdit plus qu’il ne fait de pédagogie… Lorsque l’État n’est pas le garant responsable d’un équilibre dans le vivre ensemble : ce sont les fondamentaux de la République qui sont mis à mal.

Le gouvernement envisage de réformer la France pour la préparer aux défis du 21e siècle. Comment faire accepter ses efforts à tous les français quand, dans le même temps, rien n’est fait pour préparer le terrain d’un vivre ensemble harmonieux, respectueux, tolérant et responsable ? Les Jeunes centristes l’affirment : le gouvernement échouera dans ses réformes ambitieuses s’il n’est pas capable de fédérer tous les français et de les rassembler.

Les Jeunes centristes appellent la majorité à un pacte de « Concorde nationale » !

Pour réussir les réformes, une volonté réformatrice consistant à tout bousculer ne suffit pas. Il s’agit aussi de refonder un pacte de concorde entre tous les citoyens en :

– Apaisant les relations entre toutes les catégories de français ce qui implique de mettre fin aux déclarations discriminatoires, abusives et populistes ainsi qu’à la « législation de l’instant » ;

– Éduquant les citoyens, notamment les plus jeunes, par le recentrage du travail gouvernemental autour de la culture, de l’éducation et des grands principes de tolérance et d’ouverture ;

– Fédérant les jeunesses françaises et européennes autour d’objectifs et de valeurs partagées par la mise en place d’un service civil européen encadré par l’Euroforce.

Publicités