Le lundi 1er Septembre 2010, une conférence de presse a été donnée par le Nouveau Centre Moselle à l’initiative de Nathalie COLIN-OESTERLE, présidente départementale accompagnée de Jean Marc PASQUEREAU, Patrick LUXEMBOURGER, Maxime GUERRAS, Isabelle LUX et François DELLAROSA, membres du bureau départemental. Ils ont répondu avec clarté et convictions aux journalistes venus les interviewer à la brasserie « Flo » de Metz.

(de gauche à droite : François Dellarosa, Jean-Marc Pasquereau, Nathalie Colin-Oesterlé, Patrick Luxembourger, Maxime Guerras et Isabelle Lux)

Sur les thèmes nationaux, Nathalie COLIN-OESTERLE, suite aux universités d’été et conformément à la position d’Hervé Morin, a déclaré que l’heure pour le Nouveau Centre était à la construction d’un projet. Ce projet passera dès les prochains mois par des débats nationaux autour de thématiques variées comme l’Europe ou l’équilibre des chances, la santé, la justice, l’éducation, les territoires, le logement, l’écologie …

Localement, Jean-Marc PASQUEREAU, délégué départemental a indiqué aux journalistes que la fédération de Moselle se saisirait plus particulièrement de 5 dossiers : social ; culture, tourisme et sports ; développement économique et aménagement urbain ; transports, déplacements et circulation ; sécurité et lutte contre la délinquance.

Des débats avec l’association « Femme au Centre » représentée en Moselle par Isabelle LUX seront également organisés sur des thèmes touchant plus particulièrement à la famille et aux femmes.

Le thème de la sécurité a également été abordé. Les positions des centristes mosellans sont fermes et cohérentes. Nathalie COLIN-OESTERLE a rappelé que la sécurité est un droit pour chaque citoyen, une liberté fondamentale, et a regretté ainsi la suppression par le Maire de Metz des rondes de nuit de la police municipale, un climat d’insécurité étant nuisible pour l’attractivité de la ville.

Mais plus globalement, le maintien de la sécurité et la lutte contre la délinquance est un problème complexe qui ne doit pas s’arrêter au volet répressif, les élus locaux devant se mobiliser également tant sur la prévention, que sur l’urbanisme et l’environnement socio- économique.

Patrick LUXEMBOURGER, maire de Terville, a confirmé que si c’est bien à l’Etat de garantir la sécurité des citoyens, la coopération entre les édiles et les forces de l’ordre restait un élément essentiel dans la lutte contre l’insécurité. Cette coopération dépendant bien souvent de la personnalité de chaque maire.

Les récents évènements liés à la communauté ROM ont également été abordés. Tous sont unanimes : la loi doit être appliquée, et c’est d’ailleurs les maires socialistes qui les premiers demandent l’expulsion des ROM occupant illégalement le domaine public … Il y a là chez Madame Aubry une duplicité qui se doit d’être dénoncée et une récupération politicienne indigne d’élus responsables.

En revanche, aucune stigmatisation ne peut être tolérée au sein de la République. Maxime GUERRAS a rappelé que les jeunes centristes avaient dénoncé récemment la politique d’insécurité du gouvernement et avaient appelé à un « pacte de concorde national » : apaisement des relations entre les citoyens, enseignement renforcé des valeurs de respect et de tolérance, et mise en place d’un service civil européen permettant de fédérer les jeunesses françaises et européennes. Il a précisé que 3 volets étaient nécessaires à une politique de sécurité efficace qui, outre la répression, sont avant tout la mise en place d’actions de prévention et de dissuasion.

Enfin, sur les futures échéances électorales, Nathalie COLIN OESTERLE a fustigé les divisions de la droite mosellane et les querelles de personnes qui polluent le débat depuis bien trop d’années et font le lit de nos adversaires à gauche comme à l’extrême droite.

Elle a également assuré de la présence du Nouveau Centre aux prochaines élections cantonales pour lesquelles la fédération se positionnera avec force de propositions et responsabilité.

Publicités