La « nécessaire » réfection du parvis de la gare de Metz pour cause de Mettis telle qu’elle est expliquée dans un article (en bonne place) du Républicain Lorrain de ce matin scandalise tout en relevant d’une certaine logique.

Elle est logique puisque le Mettis, plutôt que de répondre aux besoins avérés des usagers, vise bien davantage à la satisfaction narcissique du Maire de disposer du plus beau et du plus moderne mode de transport urbain de France.

Elle scandalise parce que, une fois de plus, faisant fi de l’argent des contribuables la municipalité socialiste s’apprête à dépenser  des centaines de milliers d’€, voire plus, pour défaire ce que l’ancienne municipalité avait fait il y a seulement quelques années.

Dès lors, au lieu d’adapter le Mettis à la configuration de la ville sans en modifier l’Architecture, on sacrifie cette dernière pour se conformer aux exigences d’une « ambition pour la ville »… Le tout pour quelques millions d’euros du kilomètre ou de la minute gagnée sur le trajet Mercy-Woippy !

Publicités