Communiqué de presse

L’opposition a refusé jeudi soir de se prêter au jeu de la propagande socialo-communiste. Et elle en assume la totale responsabilité.

Cette manière de procéder, en «balançant» des motions sur les adresses mails des élus la veille au soir du Conseil Municipal montre le peu de respect qu’a cette majorité pour les élus d’opposition, et un sens très relatif de la démocratie participative.

Car si ce sujet méritait débat, c’était bien sur les effets induits par ces suppressions de postes dans notre agglomération et dans notre ville, là où nous pouvons agir de manière constructive.

La politique éducative ne peut se résumer à une simple question de moyens, lesquels ont tout de même doublé en 20 ans et représentent aujourd’hui le premier poste du Budget de l’Etat (plus de 60 Milliards d’Euros), la réduction de 3% des effectifs enseignants dans notre académie s’expliquant par la diminution du nombre d’élèves. Elle doit cependant prendre en compte les spécificités de chaque territoire et de chaque établissement.

Le Nouveau Centre sera par conséquent très attentif à ce que cette réduction n’aboutisse pas à des classes surchargées en effectifs tout particulièrement dans les Zones d’Education Prioritaires.

Enfin, on peut tout de même s’étonner que Monsieur LIOGER, adjoint au maire et conseiller régional, si véhément à l’égard des restrictions budgétaires décidées au plan national, ne s’émeuve pas une seconde de la diminution de 15 Millions d’Euros des lignes budgétaires 2011 affectées par le Conseil Régional à la formation des demandeurs d’emploi, dont le nombre lui augmente, et vote des deux mains cette décision scandaleuse de Jean-Pierre MASSERET.

Les demandeurs d’emploi ne semblent pas mériter de la part des élus socialistes, communistes et verts la même considération, et l’on peut s’interroger sur la sincérité de leurs combats et leur sens de la justice sociale !

Publicités