J-7 : Rencontre avec Jean-Claude Galilé, candidat du Nouveau centre – dernière partie

 

Les départements ont en charge les collèges, quel est votre point de vue sur la suppression des postes d’enseignants dans l’académie de Nancy-Metz et que comptez-vous faire concrètement ?

Il est incontestable que notre académie paie aujourd’hui un lourd tribu dans le cadre des restructurations annoncées, mais je regrette la récupération politique qui s’en est suivie.

La politique éducative est une question excessivement complexe qui ne peut se résumer à une simple question de moyens, lesquels ont tout de même doublé en 20 ans et représentent aujourd’hui le 1er poste budgétaire de l’Etat.

Cette réduction s’explique avant tout par la diminution du nombre d’élèves. Mais elle doit cependant prendre en compte les spécificités de chaque territoire et de chaque établissement.

Je serai par conséquent très attentif  à ce que cette réduction n’aboutisse pas à des classes surchargées en effectifs, tout particulièrement dans les zones d’éducation prioritaire.

Par ailleurs, je suis favorable à une plus grande autonomie des établissements afin que ceux-ci puissent multiplier les expérimentations et initiatives pédagogiques innovantes, et notamment celles de nature à renforcer l’égalité des chances, que les enfants soient issus de familles aisées ou précaires.

Le projet d’implantation de 3 compagnies de CRS et d’un internat d’excellence à Châtel Saint Germain semble compromis, quel est votre sentiment sur cette question et comment comptez-vous agir ?

Je comprends les inquiétudes des élus Meurthe-et-Mosellans qui s’opposent vigoureusement au déménagement sur Châtel de la CRS 39 basée à Jarville … mais j’attends surtout du Gouvernement qu’il respecte les engagements pris et les termes du Contrat de redynamisation du site de défense de Metz et de son agglomération qui précise bien qu’un « internat d’excellence de dimension académique y sera installé, ainsi qu’un regroupement de plusieurs compagnies de CRS, dès la libération des locaux par le Ministère de la défense ».

Je rappellerai simplement qu’à Châtel, dans le cadre des restructurations militaires, ce sont 1.055 emplois militaires qui vont disparaître avec une perte substantielle de pouvoir d’achat sur le territoire de la ville et au-delà sur le territoire du canton.

Je suis par conséquent très inquiet par la déclaration récente de Mr Hortefeux (encore Ministre à l’époque) qui, à une réponse à une question du député Féron, a estimé que le projet [prévu sur Châtel] n’en était qu’au stade de l’étude.

Comme je l’ai déjà dit, si l’ensemble des élus de l’agglomération messine ne se saisissent pas de cette question, je crains que le travail de lobbying effectué actuellement par les Meurthe-et-Mosellans n’enterre définitivement ce projet d’implantation.

C’est la raison pour laquelle, une fois élu, ce dossier constituera ma priorité, aux côtés du maire de Châtel, que j’ai déjà rencontré sur ce sujet, et de l’ensemble des habitants.

Êtes-vous favorable à l’implantation d’une aire de grand passage entre Ars et Vaux ?

Une fois encore, je déplore que l’Etat ne respecte pas les engagements qui avaient été initialement pris, à savoir permettre aux communes de Vaux et d’Ars de disposer du terrain pour y développer la « zone artisanale » existante, seule pourvoyeuse d’emplois.

Solidaire avec les habitants des communes concernées, j’estime que le projet préfectoral n’est absolument pas de nature à répondre aux difficultés économiques auxquelles est confrontée la commune d’Ars, après la perte de nombreux emplois suite à la fin de la sidérurgie et à la fermeture de la Boulonnerie.

Abandonnée depuis 6 ans, en raison de la défaillance manifeste du conseiller général PS sortant, le canton d’Ars doit gagner la bataille de l’emploi, et cela passe nécessairement par le développement de la zone d’activité concernée, et non par la création d’une aire de grand passage.

Un dernier mot sur les questions de sécurité qui semblent préoccuper les habitants du canton ?

Prenons garde, le 20 mars prochain il ne faudra pas se tromper d’élection !

Le Conseil Général, qui ne dispose d’aucun pouvoir de police à la différence des maires, ne peut ambitionner de règler tous les problèmes d’insécurité. Et les candidats (et ils sont nombreux à ce sujet) qui s’amuseraient à promettre des mesures en la matière se rendraient coupables de manipulation et de mensonge !

Il ne s’agit pas pour autant de nier la réalité, mais d’agir concrètement dans le cadre des compétences du département, notamment le plus en amont possible dans le domaine social, et au plus près des associations relais, des travailleurs sociaux et des communes concernées.

 

Calendrier – semaine du 14 au 20 mars

Lundi 14/03 :

  • toute la journée à la rencontre des habitants de Corny
     
  • à partir de 17h30, Jean-Claude Galilé donne rendez-vous aux habitants de Verneville, 4 rue de l’église

Mardi 15/03 :

  • toute la journée à la rencontre des habitants de Châtel Saint Germain
  • à partir de 17h30, Jean-Claude Galilé donne rendez-vous aux habitants de Lessy, 2 rue de la côte

Mercredi 16/03 :

  • toute la journée à la rencontre des habitants de Novéant
  • à partir de 17h30, Jean-Claude Galilé donne rendez-vous aux habitants de Rozèrieulles, au Café du fort Jeanne d’Arc, 6 rue de l’Ecole Centrale

Les 17-18-19/03 : Jean-Claude Galilé ira à la rencontre des habitants d’Ars-sur-Moselle

Publicités