Communiqué de presse de Nathalie Colin-Oesterlé, Présidente de la fédération de la Moselle, Conseillère Régionale de Lorraine

Dans l’édition du Républicain Lorrain de jeudi 22/09/2011, il est fait mention de la carte de France des collectivités locales ayant contracté des emprunts toxiques, publiée par le quotidien Libération et il est cité quelques communes de notre région mises en difficulté par la souscription de prêts à hauts risques.

Outre ces quelques communes, la Région Lorraine en tant que collectivité territoriale, est également touchée, comme 14 autres Régions françaises, par ces prêts toxiques.

Certes, le surcoût engendré par la souscription d’emprunts à risques par la Région Lorraine est moins important (8,54%) mais représente tout de même plus de 3,2 millions d’euros pour un total emprunté en 2007 de 38 millions d’euros !

Mais cela n’est pas le plus grave. Le plus grave, c’est que l’endettement de la Région Lorraine est passé en 5 années, de 2004 à 2009, de 137,5 millions d’euros à 507 millions d’euros, soit une progression de 268,7% ! (cf le journal du net).

C’est la quatrième plus forte progression de la dette parmi les Régions françaises avec une dette totale qui s’élève en 2010 à environ 507 millions d’euros représentant des annuités de 47 millions d’euros à rembourser tous les ans.

La Région Lorraine se situe ainsi, avec une dette de 212 euros par habitant, au 9e rang (sur 22 Régions métropolitaines) des Régions les plus endettées de France.

Devant ces chiffres calamiteux, la voix de la sagesse inciterait tout élu responsable à suspendre ou tout du moins, à limiter les emprunts pour de nouveaux investissements.

Que nenni ! C’est la Région Lorraine qui mène la campagne pour la réalisation d’une seconde gare d’interconnexion TGV à Vandières, sous prétexte d’une meilleure connectivité, alors que la gare « Lorraine TGV » située à Louvigny existe depuis 2007 et a quand même coûté 30 millions d’euros.

Un investissement de 30 millions d’euros abandonné après seulement 4 années de fonctionnement !

Le coût annoncé des travaux pour la réalisation de la future gare TGV de Vandières est de 100 millions d’euros HT, sans compter les travaux complémentaires d’infrastructures nécessaires qui peuvent facilement doubler la note.

Le Conseil Régional a annoncé sa participation financière à hauteur de 70 millions d’euros sur ce projet, soit plus de deux fois le coût d’investissement de la gare « Lorraine TGV » à Louvigny.

Les Lorrains apprécieront !

Publicités