Communiqué de presse de Nathalie Colin-Oesterlé, conseillère régionale, présidente de la fédération de Moselle du Nouveau Centre

« Quand va s’arrêter la boulimie communicante de Jean-Pierre Masseret ? »

Je souhaite réagir à l’inauguration, ce mardi 20 décembre, du studio d’enregistrement installé au Conseil Régional de Lorraine et financé avec l’argent des contribuables Lorrains.

Alors que notre région subit une situation économique d’une particulière violence, qui apporte chaque jour son lot de détresse chez nombre de nos concitoyens, je m’interroge une nouvelle fois sur l’utilisation qui est faite par Jean-Pierre Masseret, Président socialiste du Conseil Régional, de l’argent des Lorraines et des Lorrains.

Depuis 2004, nous avons vu se succéder les opérations de communication sans véritable évaluation de leur impact sur l’image de la Lorraine … de la Lune aux Etoiles, en passant par les villages, ce sont plusieurs millions d’euros qui ont été dépensés, et qui continuent d’être dépensés par le Président et sa majorité, alors que cet argent pourrait être utilisé à meilleur escient … pour la formation des demandeurs d’emploi par exemple !

En mars 2010, le livre noir des gaspillages de l’argent public avait pointé du doigt les dépenses de communication des régions socialistes. Ainsi, la Lorraine a vu son “budget communication progresser, entre 2008 et 2009, de 16,16 %, alors que le budget général n’augmentait « que » de 5,7 %, pour atteindre 5 500 000 €”. C’est autant d’argent en moins sur des sujets qui intéressent autrement plus la vie quotidienne des Lorrains !

Après l’explosion du nombre d’agents travaillant au sein du Pôle Communication, l’achat d’encarts publicitaires et d’espaces sur Internet pour les vœux 2011, Jean-Pierre Masseret s’offre pour Noël un nouveau jouet, un studio d’enregistrement.

Aussi, je demande au Président du Conseil Régional de Lorraine de s’expliquer sur l’utilité d’un tel outil de communication dont le montant s’élèverait, à en croire le recensement des besoins du Pôle Communication pour 2011, « seulement » à 130.000 € … Cette somme est déjà exorbitante … mais qu’en est-il du coût final ?

Nathalie COLIN-OESTERLE

Conseillère Régionale de Lorraine

Publicités