Communiqué de presse de Nathalie Colin-Oesterlé, conseillère municipale de Metz, conseillère régionale de Lorraine, présidente de la fédération de Moselle du Nouveau Centre

« Une nouvelle fois le républicain lorrain met en lumière la dégradation du quartier de Metz Borny.

Une fois encore l’attention est attirée sur la situation dramatique d’ une population qui ne demande qu’à vivre en paix dans son quartier, et sur les conséquences d’une économie souterraine liée à un trafic de drogue qui fait de notre ville une plaque tournante de cette activité . Il y a des réputations dont on se passerait volontiers …

A nouveau, hélas, les réactions des élus ne sont pas à la hauteur des problèmes. Comment accepter que l’élu municipal en responsabilité de ce quartier admette l’échec en faisant preuve de fatalisme désabusé ? Comment imaginer que la prévention seule puisse tout solutionner ?

Certes il n’y a pas de remède miracle pour mettre un terme rapide et définitif à une délinquance ancienne et organisée mais lutter contre l’insécurité qu’elle génère, et que je ne cesse dénoncer, exige du réalisme, du courage et de la volonté.

Réalisme en reconnaissant que le « tout social » ne règlera pas tous les problèmes et qu’un jeune trafiquant se pavanant en voiture de luxe fait davantage rêver les adolescents de son quartier que la perspective de trouver un emploi. Il faut clairement dire qu’une répression dure s’impose à l’encontre des trafiquants de drogue, avec un déploiement supplémentaire de forces de police nationale.

Courage en remettant en cause certaines décisions prises. A quoi cela sert – il de déplacer (à coups et à coûts d’avantages fiscaux) des médecins du centre-ville de Metz vers le quartier de Borny si ceux qui y étaient anciennement installés le quittent ? Est il judicieux et opportun de réaliser dans un quartier ou l’insécurité règne la salle des musiques actuelles destinée en priorité à attirer un public jeune,donc fragile et vulnérable ?

Volonté que doit afficher le Maire en mettant en oeuvre les moyens de sa compétence : c’est à dire rétablir le service de la police municipale la nuit et saturer ces espaces critiques par un réseau de vidéo-surveillance durci et protégé tout en renforçant la complémentarité et la coordination de ces moyens avec ceux de la police nationale. »

Publicités