Metz, Jeudi 23 février 2012

Les Jeunes centristes de Moselle par la voix de leur responsable départemental, Maxime Guerras, réagissent au retrait de la candidature à l’élection présidentielle du président du Nouveau centre, Hervé Morin.

Il y a plus d’un an et demi, Hervé Morin avait fait le choix de partir à la rencontre des français, voulant porter un discours de vérité face à la démagogie et au populisme « ambiant » au sein de cette campagne. Nous saluons le courage dont il a fait preuve en proposant des solutions innovantes pour l’éducation, l’emploi, l’Europe ainsi que la fiscalité.

Nous considérons que sa candidature a été utile pour la France, nombres de ses propositions figurent aujourd’hui dans le débat présidentielle : La règle d’or, la TVA emploi, la stabilité juridique, le contrat de travail à droits progressifs …

« Je regrette particulièrement le contexte dans lequel cette campagne s’est déroulée, sur fond de divisions internes et d’attaques successives qui, sans aucun doute, ont fragilisées notre jeune parti, pas encore identifié auprès de l’ensemble des français », Maxime Guerras, responsable des Jeunes centristes de Moselle.

Sur ce constat, nous réaffirmons notre soutien à la démarche Hervé Morin et décidons d’apporter notre contribution à la campagne de Nicolas Sarkozy.

« C’est un choix de clarté et de cohérence que nous faisons. François Bayrou étant dans l’ambiguïté permanente, notre système institutionnel exige un positionnement politique à gauche comme à droite. François Bayrou refuse d’avoir une couleur politique claire et identifiable par l’ensemble des Français, nous ne pouvons le suivre sur ce chemin », Maxime Guerras, responsable des Jeunes centristes de Moselle.

Historiquement et depuis 1958, le centre-droit a toujours fait alliance avec le parti de la droite républicaine, comme à l’époque de l’UDF et du RPR. C’est une réalité politique, philosophique et personne ne peut la remettre en cause.

Nous appelons donc à voter Nicolas Sarkozy dès le premier tour de l’élection présidentielle.

Nous souhaitons aussi, la formation d’un contrat de législature pour que la majorité présidentielle soit plus équilibrée tant au niveau national que local.

Maxime Guerras

Publicités