Communiqué de presse de Nathalie Colin-Oesterle, Présidente de la fédération de Moselle du Nouveau Centre, conseillère municipale à Metz

A la lecture de l’édition du Républicain Lorrain de ce jour, comment ne pas se féliciter de voir Dominique GROS rétablir en centre ville la Police Municipale de nuit qu’il avait lui même supprimée dés son élection en 2008… Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !

Depuis 5 ans, face à la montée du sentiment d’insécurité dans notre ville, je n’ai eu de cesse de demander à ce que le maire de Metz revienne sur sa décision. Une décision qui reposait sur une posture dogmatique, Dominique Gros refusant de parler d’insécurité et de donner à la police municipale les moyens d’assurer la tranquillité de nos concitoyens.

Il faut admettre que ce n’est pas sur le terrain de la sécurité que la gauche municipale aura été la plus crédible… Car Il aura fallu attendre que le centre-ville se vide et que le sentiment d’insécurité repousse habitants et visiteurs en périphérie pour que le maire et sa majorité daignent enfin répondre aux appels lancés par son opposition et par une grande majorité de nos concitoyens.

5 années pour que le Maire lui-même reconnaisse l’échec patent de sa politique, le laxisme faisant malheureusement toujours le lit des extrêmes…

Quand le maire de Metz cessera-t-il de nous endormir ? Les Messines et les Messins ne méritent-ils pas un peu plus de considération ?

A un an des élections municipales de 2014, Dominique GROS fait de l’électoralisme… Mais il ne trompe plus personne. Le centre-ville est aujourd’hui en souffrance, et l’équipe municipale devra assumer pleinement sa part de responsabilité dans cet échec cuisant.

Publicités