You are currently browsing the category archive for the ‘Elections régionales 2010’ category.

Le 21 mars dernier, les lorraines et les lorrains se sont exprimés et ont décidé de reconduire à la tête de l’exécutif régional la coalition PS-PC-Verts. Nous prenons acte de ces résultats qui ne sont pas à la hauteur de nos espérances, loin de là.

Mais, il nous faut tirer les enseignements de ce scrutin marqué par une très forte abstention et une poussée inquiétante du Front National. Dans le contexte de crise économique et sociale actuel, nous n’avons pas suffisamment expliqué l’absolue nécessité d’engager les adaptations indispensables permettant à notre pays de se réformer pour un retour à la croissance et à l’emploi.

Nous sommes évidemment déçus pour l’ensemble de nos adhérents et militants qui se sont mobilisés tout au long de cette campagne. Mais grâce à leur engagement et à leur soutien, le Nouveau Centre sera néanmoins représenté au sein de l’hémicycle régional. Et à l’instar d’Hervé Morin, nous pensons qu’il doit y avoir «une expression plus visible de la famille centriste au sein de la majorité», ce qui permettra de «mobiliser toutes celles et ceux qui se sont détournés de la majorité présidentielle à l’occasion de ce scrutin régional.»

C’est ce à quoi les élus lorrains du Nouveau Centre s’emploieront sans relâche dans le cadre des nouvelles responsabilités qui leur ont été confiées et dont ils mesurent l’importance.

L’attente de nos concitoyens est forte, nous devons plus que jamais, dans un contexte économique sans précédent, être à leur écoute et leur porter toute l’attention qui leur est due.


Les élus Nouveau Centre au Conseil Régional de Lorraine

Jean-Luc BOHL

50 ans
Marié, deux enfants.
Maire de Montigny-lès-Metz, président de la communauté d’agglomération de Metz-métropole
Conseiller général de Montigny-lès-Metz

Roland ROTH

60 ans
Professeur des écoles retraité
Maire de Blies-Guersviller, Président de la Communauté d’Agglomération Sarreguemines Confluences

Nathalie COLIN-OESTERLE

44 ans
Mariée, 3 enfants
Cadre territoriale
Conseillère municipale de Metz
Présidente de la fédération Nouveau Centre de la Moselle

Nous avons dénoncé, depuis le début de la campagne des régionales, le tripatouillage électoral qui se profilait entre le Parti Socialiste et les verts d’Europe Ecologie, entre les deux tours des régionales, au mépris des électeurs.

Mais, manifestement, nous étions loin d’imaginer la situation d’une des candidates Europe Ecologie.

Brigitte LEBLAN, candidate en Moselle au 1er tour, se retrouve au second tour, en 4ème position sur la liste conduite par Jean-Pierre MASSERET … en Meuse !

Ceci est d’autant plus consternant que Brigitte LEBLAN est conseillère municipale de … Metz !

A quelques jours du second tour de l’élection régionale, Laurent Hénart et toute son équipe ont  le plaisir d’accueillir Jean-Louis Borloo, Ministre de l’Écologie, pour un grand meeting à Metz le jeudi 18 mars.

Venez nombreux pour ce dernier grand rassemblement autour de l’ensemble de l’équipe pour défendre les couleurs de la Lorraine !

Ouverture des portes à 18h00

Salle Braun, 18 rue Mozart

Contact : 06 36 85 28 32 – contact@henartpourlalorraine.fr

Dimanche 21 mars, vous allez choisir une majorité pour diriger pour votre Région…


Voterez-vous pour une équipe qui a augmenté vos impôts de 40% en cinq ans ?

Voterez-vous pour une équipe qui a baissé les dépenses d’investissement depuis 5 ans (deux régions seulement l’ont fait) ?

Voterez-vous pour une équipe qui a augmenté ses dépenses de personnel de 627% (moyenne nationale à 356 %) ?

Voterez-vous pour une équipe qui a triplé la dette par habitant ?

Voilà le vrai bilan de Jean-Pierre MASSERET…vous en voulez encore pour 4 ans ?


Le 21 mars, votez pour la liste conduite par Laurent HENART, la seule qui vous fait de vraies propositions pour l’emploi et l’avenir de notre Région, la seule à garantir la stabilité fiscale

Pour Hervé Morin, Président du Nouveau Centre, le parti des abstentionnistes est le seul vainqueur du premier tour des élections régionales.

Alors que certains espéraient un vote sanction contre la majorité, le vote de ce soir c’est le vote sanction contre l’échelon régional qui n’a pas su s’imposer.

Cette abstention historique est l’échec des présidents de régions socialistes.

Par leur attitude passive pendant 6 ans et leur manque d’ambition, les présidents de régions socialistes portent une grande part de responsabilité dans cette crise de confiance entre les citoyens et leurs régions. Il ne suffit pas de poser des logos sur des TER ou des lycées pour faire vivre l’idée régionale.

Ce divorce entre les Français et leurs régions justifie pleinement l’urgence de la réforme territoriale engagée par la majorité. Il faut que les Français puissent clairement comprendre et percevoir les responsabilités et les compétences des collectivités.

Ce premier tour marque aussi la déroute électorale du Modem dont l’existence ne repose plus que sur l’obsession présidentielle d’un homme se retrouvant aujourd’hui seul face à son échec.

La stratégie d’union dans laquelle s’inscrit pleinement le Nouveau Centre permet à la majorité d’être ce soir au coude à coude avec le Parti Socialiste en dépit d’une crise économique sans précédent.

A une semaine du second tour rien n’est joué. Une nouvelle page s’ouvre ce soir. Les listes PS Verts Front de Gauche sont désormais au pied du mur, condamnés à s’unir malgré des projets radicalement différents. Les Français ne seront pas dupes de ces alliances en trompe l’œil.

Hervé Morin, Président du Nouveau Centre, appelle tous les électeurs de la famille politique du centre et du centre-droit à se mobiliser dimanche prochain pour les listes de la majorité présidentielle.

NOTRE CONSTAT

  • La situation de l’emploi en Lorraine est très difficile, plus que dans bien d’autres régions françaises ;
  • Cela se voit à la lecture des indicateurs économiques : la Lorraine est la région qui a détruit le plus d’emplois en 2009, le chômage des jeunes y a augmenté de 91% depuis le début de la crise et dans le domaine de l’apprentissage, cœur de compétence du Conseil régional, la Région est 18ème sur 22. Il y a moins d’apprentis en Lorraine qu’en 2005 : 11.100 au lieu de 11.300 ;
  • Cela se voit aussi à la lecture des indicateurs démographiques : de nombreux jeunes que nous formons sont aujourd’hui contraints de quitter notre région ;
  • Cela se voit enfin au fait que le temps où l’ensemble d’une carrière s’effectuait au sein d’une seule entreprise est bel et bien révolu ; qu’il faut être prêt à emprunter un nouveau chemin professionnel. Dans ce nouveau contexte, nous constatons que les savoir-faire accumulés sont trop peu souvent transmis à la génération suivante ;
  • Pour toutes ces raisons, et parce que le Conseil Régional n’a pas rempli sa mission durant les 6 dernières années, nous proposons une politique de l’emploi régional inédite, offensive, au service des Lorrains.

NOTRE PROPOSITION

En lien avec notre action en faveur de l’orientation professionnelle, nous proposons de créer 40 000 « Pactes Métiers Réussite », répartis en trois contingents prioritaires :

  • 25 000 Pactes « Premier Métier », pour garantir à chaque jeune le droit à une première expérience professionnelle d’un an minimum, grâce notamment au développement de l’apprentissage ;
  • 10 000 Pactes « Nouveau Métier » pour donner à chaque chômeur le droit à une nouvelle chance professionnelle, en étendant aux territoires et aux secteurs frappés par le chômage le Contrat de Transition Professionnelle ;
  • 5 000 Pactes « Relais Métier » pour transmettre entre générations les savoir-faire, en associant un jeune en recherche de son métier à un salarié expérimenté qui va partir en retraite pour que celui-ci lui consacre comme tuteur une partie de son temps de travail ;

CONCRETEMENT

  • Pour inciter les entreprises, la prime régionale sera revalorisée pour atteindre l’objectif « une entreprise, un apprenti » ; avec une contrepartie exigée en matière de stages et d’apprentissage. En échange des aides au développement économique, ils devront engager un effort de formation des jeunes Lorrains. Les aides seront versées dans l’année aux employeurs. Enfin, nous participerons au financement du permis de conduire des apprentis et nous créerons des internats d’alternance pour les apprentis ;
  • Dans le cadre d’un changement de cap professionnel, nous mobiliserons un dispositif existant et qui fonctionne : le contrat de transition professionnelle. C’est l’assurance d’une formation rémunérée dans des secteurs porteurs. Nous étendrons ce dispositif à des habitants de territoires fragilisés et à des secteurs d’activité ciblés ;
  • Nous mettrons en place un plan « emploi seniors » dans les entreprises volontaires et les services publics ;
  • Concernant la conservation et la transmission du savoir-faire, nous exploiterons un axe du plan « Agir pour la jeunesse » proposé par Martin Hirsch qui contribuera au renforcement du lien intergénérationnel ;

EN UN MOT :

« Aux socialistes qui estiment que l’emploi est de la seule responsabilité de l’Etat, nous allons montrer que la Région est bien LA collectivité de l’Emploi. »

Le nouveau dérapage incontrôlé de Jean-Pierre Masseret, au sujet de la présence de Jean-Claude Juncker (1er ministre Luxembourgeois) et de Peter Muller (Président de Sarre) au côté de Laurent Hénart, n’aura pas entaché le meeting de campagne ni l’enthousiasme du millier de personnes qui s’était rassemblé à la FIM de Metz, lundi 1er mars.

En effet, plus tôt dans la journée, et comme à son accoutumée, le Président sortant avait menacé le 1er ministre luxembourgeois et le Président de la Sarre, et leur avait donné rendez-vous le lendemain des élections pour avoir avec eux une franche explication.

Après les « coups de pub » qui ont coûté plusieurs millions d’euros aux contribuables lorrains, voilà que le Président du Conseil Régional nous promet des « coups de bâtons » ! Une entrée en matière qui en dit long sur la manière dont Jean-Pierre Masseret envisage la coopération avec nos amis luxembourgeois et allemands.

Mais l’essentiel de la soirée ne résidait pas dans l’attitude irresponsable de l’actuel Président de Région. Les personnalités politiques se sont succédées à la tribune tout au long de la soirée pour apporter un soutien sans faille à la liste conduite par Laurent Hénart et à son projet. Denis Jacquat, Anne Grommerch, Philippe Leroy, Jean-Claude Juncker et Peter Muller ont tous souligné les qualités et atouts de Laurent Hénart pour sortir notre Région de sa torpeur.

Philippe Leroy, François Fillon, Jean-Claude Juncker et Laurent Hénart

François Fillon a conclu le meeting par un discours sans concession sur l’incapacité des socialistes à avoir la moindre idée pour la France, mais surtout sur l’incapacité des régions socialistes à mobiliser l’outil régional pour soutenir les mesures gouvernementales qui ont été engagées afin de faire face à la crise que traverse notre pays, et plus encore notre région.


Jeudi 04 mars, c’est Jean-Louis Borloo, Ministre de l’énergie, de l’écologie et du développement durable, qui est venu soutenir son « ami » Laurent Hénart avec lequel il a travaillé lorsqu’il était au Ministère de l’emploi et de la cohésion sociale, et s’est félicité des résultats obtenus, par son secrétaire d’Etat à l’insertion professionnelle des jeunes de l’époque, notamment en matière d’apprentissage.

Jean-Louis Borloo et Anne Grommerch-Brandenbourger

Après une visite des ateliers des services municipaux de Montigny-les-Metz construits selon la norme HQE (Haute Qualité Environnementale), Jean-Louis Borloo s’est prêté à un bain de foule aux côtés des colistiers mosellans dans les rues de Metz, avant de rejoindre la permanence de campagne où il s’est montré très critique à l’égard des retards pris par la Région Lorraine en matière d’écologie, « l’une des rares à ne toujours pas avoir de plan climat ».

Jean-Louis Borloo et nos candidates Nouveau Centre, Nathalie Colin-Oesterlé et Anne Girard


<!–[if !mso]> <! st1\:*{behavior:url(#ieooui) } –>

Jeudi 04 mars, c’est Jean-Louis Borloo, Ministre de l’énergie, de l’écologie et du développement durable, qui est venu soutenir son « ami » Laurent Hénart.

Après un détour par Montigny-les-Metz où Jean-Luc Bohl (candidat Nouveau Centre en Moselle) lui a fait visiter les ateliers des services municipaux construits selon la norme HQE (Haute Qualité Environnementale), Jean-Louis Borloo s’est prêté à un bain de foule aux côtés des colistiers mosellans dans les rues de Metz, avant de rejoindre la permanence de campagne où il s’est montré très critique à l’égard des retards pris par la Région Lorraine en matière d’écologie, « l’une des rares à ne toujours pas avoir de plan climat ».

En l’espace d’une semaine, le Président sortant du Conseil Régional de Lorraine, Jean-Pierre Masseret, nous a montré la manière dont il comptait mener la campagne des régionales. Ne surtout pas parler du fond, et s’en prendre ouvertement à Laurent Hénart et à ses soutiens.

Ce fut d’abord sur le plateau de France 3 Lorraine-Champagne Ardennele candidat de la majorité socialo-communiste sortante a confirmé sa réputation de dirigeant sectaire et méprisant, ne cessant de couper la parole à son adversaire, n’hésitant pas à critiquer le journaliste et l’organisation même du débat.

En face, Laurent Hénart, en élu et candidat responsable, a su garder son calme sans céder le moindre terrain face à un Masseret en dehors de tout contrôle.  Le chef de file de la majorité présidentielle en a  d’ailleurs profité pour rappeler  les mauvais chiffres et les limites de la gestion socialo-communiste.

Deuxième acte de la stratégie Masseret, une vidéo diffusée sur le site de campagne du président sortant. Une vidéo où, non content d’asséner des contre-vérités, le candidat s’en prend ouvertement aux soutiens de Laurent Hénart et aux militants en les accusant d’utiliser des « méthodes fascistes ».

Faisons confiance aux Lorraines et aux Lorrains qui ne céderont pas à la facilité en se détournant du scrutin. Car, ne nous leurrons pas, telle est la stratégie de Jean-Pierre Masseret qui doit assumer non seulement un bilan catastrophique, mais surtout une absence totale de projet et de vision stratégique pour notre région.

Avec 214 candidats investis sur les listes d’union de la majorité présidentielle, le Nouveau Centre est représenté dans l’ensemble des régions métropolitaines, présent sur 87 listes départementales, ainsi qu’en Guadeloupe et à la Réunion.

La visibilité de notre parti lors de ce scrutin est renforcée par la présence de 2 têtes de liste régionales (Valérie Létard dans le Nord – Pas de Calais et François Sauvadet en Bourgogne) et 15 têtes de liste départementales.

En outre, les 214 représentants du Nouveau Centre figurent en bonne place parmi les 1849 candidats des listes d’union.

Avec 44% de ses candidats dans le premier tiers, notre famille politique retrouve la position de l’UDF au lendemain du scrutin de 2004. En cas de défaite des listes d’union dans l’ensemble des régions, les centristes sont assurés de représenter 20% des élus de la majorité présidentielle.

Par ailleurs, le Nouveau Centre honore ses engagements en faveur :

  • de la mixité en présentant davantage de femmes que d’hommes sur les listes d’union,
  • du renouvellement : Avec 178 candidats non – sortants le Nouveau Centre affiche ainsi clairement sa volonté d’oeuvrer pour le renouvellement à l’échelle des régions. 63 candidats non – sortants figurent ainsi parmi les éligibles,
  • du rajeunissement : Avec 11 positions éligibles attribuées à des candidats de moins de 35 ans le Nouveau Centre s’engage pour le rajeunissement des assemblées régionales.

En Lorraine, le Nouveau Centre présente 5 candidats, dont 3 en position éligible :


Christine ARDIZIO – 14ème position – Meurthe et Moselle

Jean-Luc BOHL – 2ème position – Moselle

Roland ROTH – 4ème position – Moselle

Nathalie COLIN-OESTERLE – 7ème position – Moselle

Anne GIRARD – 27ème position – Moselle


Agenda

Twitter – nouveaucentre57

Le Nouveau Centre

RSS Le Nouveau Centre

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

RSS Flux inconnu

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.