You are currently browsing the tag archive for the ‘Borloo’ tag.

Samedi dernier s’est tenu le premier Conseil National de l’Union des Démocrates et Indépendants, en présence de nombreuses personnalités de notre mouvement et de plus de 1.600 conseillers nationaux, venus des 4 coins de France.

Présidé par Hervé Morin, le Conseil National a été entièrement consacré à l’économie et aux mesures à mettre rapidement en oeuvre afin que notre pays retrouve le chemin de la croissance.

A cette occasion, les conseillers nationaux ont adopté à une très large majorité un document d’orientation politique pour la mise en place d’un nouveau modèle de croissance reposant sur : la réduction massive des charges patronales et salariales, le retour aux 39 heures par accord d’entreprises, la modernisation du droit du travail et la simplification de la vie des entreprises, la mise en place de puissants leviers de financement des entreprises, … le tout dans un contexte de réduction massive de nos dépenses publiques.

A l’occasion du Conseil national du 15 juin, l’équipe du contre-gouvernement de l’UDI a également tenu sa 1ère réunion de travail autour de Jean-Louis Borloo et d’Yves Jégo. Contre-gouvernement auquel participe Nathalie Colin-Oesterlé, Présidente de la fédération de Moselle du Nouveau Centre et chef de file UDI sur Metz, laquelle sera en charge du commerce et de l’artisanat.

 

Discours d’Hervé Morin, Président du Conseil National

 

 

Discours de Jean-Louis Borloo, Président de l’UDI

Nathalie Colin-Oesterlé pour le Nouveau Centre Moselle

Nathalie Colin-Oesterlé pour le Nouveau Centre Moselle

Cher Jean-Louis, chers amis,

Ce soir je suis émue, fière et enthousiaste.

Émue parce que ce moment-là, je l’attendais depuis des années et n’ai cessé de le réclamer.

Fière de vous voir aussi nombreux prêts à reconstruire notre maison,

Enthousiaste parce que nous portons tous ici, bien ancrées en nous, ces valeurs européennes, humanistes, d’équité, de liberté, de responsabilité, d’éthique.

Enthousiaste parce que nous savons tous ici que la seule manière de les voir triompher, c’est d’être unis, unis au sein d’une même famille, chacun avec sa propre sensibilité mais avec un seul et même objectif : faire renaître une force politique au centre droit.

Et pour cela, il nous faut tirer profit de cet enthousiasme, de toute cette énergie, de cette intelligence collective, de l’espoir qui est entrain de naître et qui est celui de voir le centre droit redevenir la première force politique française. C’est notre objectif et c’est aussi notre responsabilité.

L’UDI est aujourd’hui une organisation fédérale. Peut-être irons nous un jour vers une fusion complète dans un parti unitaire.

L’UDI, ce n’est pas l’enterrement de nos familles et de nos sensibilités. L’UDI, c’est au contraire leur renaissance dans la complémentarité.

Quel est notre défi aujourd’hui ? Beaucoup pensent que la Ve République pousse obligatoirement vers le bipartisme. Vers le bipartisme non, mais vers la bipolarisation, c’est une certitude.

Les français modérés, libéraux et humanistes existent toujours. .

Alors notre défi, c’est de devenir aujourd’hui le partenaire obligé et demain l’acteur majoritaire.

Tout dépendra de notre capacité à rendre vivantes et audibles nos idées.

Le retour à l’équilibre budgétaire par la réduction de la dépense publique, une Europe politique Fédérale dont les deux priorités sont l’emploi et la sécurité face à la mondialisation, une décentralisation responsable et lisible par nos concitoyens, la liberté et les libertés, et un centre décomplexé :

– C’est parce que nous ne sommes pas suspectés d’un quelconque sentiment de rejet de l’autre que nous pouvons affirmer que le principe de laïcité ne se discute pas.

– C’est parce que nous sommes humanistes que nous pouvons dire que la délinquance des mineurs doit être combattue avec beaucoup plus de sévérité.

– Et c’est parce que nous sommes ouverts aux autres que nous pouvons dire que la République ne se négocie pas. Parce que humanisme et laxisme ne se confondent pas.

Nous devons être là où les Français parlent et où les politiques n’écoutent plus. Pour dire des choses nettes, claires, simples, parfois brutales, exigeantes, pour privilégier la conviction plus que le compromis, car c’est à cette condition que nous serons entendus. Nous devons répondre avant tout aux préoccupations des français (chômage, perte de pouvoir d’achat, sécurité) sous peine de dérives populistes et d’instabilité politique.

Les grandes valeurs du centre – l’Europe, les territoires, la rigueur budgétaire, la modernité sociale et la morale publique – sont plus que jamais les repères et les solutions qui doivent guider l’action politique de demain.

Nous avons devant nous des échéances, et pas les moindres : élections municipales, élections européennes. Puis les régionales et les départementales.

Nous devons être prêts très vite pour constituer, non seulement une opposition crédible, mais déjà une relève. Une relève pour reconquérir toutes ces villes perdues en 2008. En Moselle, je pense bien sût à Thionville, à Forbach mais je pense aussi particulièrement à ma ville, METZ. La ville dans laquelle ma famille paternelle a toujours vécu, dans laquelle mon père a grandi, et pour laquelle ma famille s’est tellement investie. L’amour d’une ville, l’amour d’une région, ça se transmet.

Il nous faut reconquérir toutes ces municipalités perdues bien souvent à cause de la désunion de notre famille et d’égos surdimensionnés.

Ici en Moselle, dans cette belle région Lorraine, et à Metz la ville dont je suis élue nous portons ces valeurs et cette ambition. Alors nous consacrerons toute notre énergie à construire, pour offrir à nos concitoyens une offre politique nouvelle, qui leur parle, qui réponde à leurs préoccupations quotidiennes, dans un contexte de crise qui frappe très durement notre région, dans un contexte de chômage extrêmement grave où aujourd’hui les puissances publiques échouent.

Une offre politique nouvelle au service de la reconquête de ces territoires, c’est cela que nous devons construire et porter.

A l’occasion du lancement de l’UDI en Lorraine, les membres des coordinations des quatre départements lorrains, dont le Nouveau Centre Moselle, vous invitent à une réunion publique en présence de Jean-Louis BORLOO, président de l’UDI.

Cette réunion se déroulera le Mercredi 27 mars 2013 à partir 18h00 à l’Espace Europa Courcelles, 73, rue de Pont-à-Mousson à Montigny-les-Metz.

Cette réunion sera précédée, à partir de 14h30 d’une Convention du projet centriste avec pour thème principal « Dans l’Europe, et vers le monde », en présence de :

  • Jean-Louis BORLOO, président de l’UDI
  • Jean-Christophe FROMANTIN, député-maire de Neuilly-sur-Seine, vice-président de l’UDI en charge du projet global
  • Jean ARTHUIS, sénateur de la Mayenne, vice-président de l’UDI en charge du projet Europe
  • Patrick WEITEN, président du Conseil Général de la Moselle

Les inscriptions à la convention territoriale et le choix aux thèmes de travail peuvent se faire directement en ligne – Inscription en ligne

Sans titre1

 

Sans titre

Communiqué de presse de Nathalie Colin-Oesterlé, Présidente de la fédération de Moselle du Nouveau Centre

La création de l’Union des Démocrates et Indépendants a été annoncée par Jean-Louis Borloo mardi 18 septembre dernier.

Elle constitue une étape importante pour tous ceux qui se reconnaissent dans les valeurs défendues par la famille centriste et qui veulent s’unir pour porter un projet moderne à la hauteur des défis que notre pays doit relever.

La fédération départementale de Moselle du Nouveau Centre a décidé, sans plus attendre, de donner corps à l’UDI dans notre territoire en proposant à nos amis du Parti Radical, de la Gauche Moderne et de l’Alliance Centriste, la création un comité de coordination provisoire.

Il s’agit pour le Nouveau Centre départemental Moselle d’esquisser les contours de la future instance départementale de l’UDI qui verra le jour au printemps prochain au lendemain du Congrès fondateur.

Nathalie COLIN-OESTERLE

Présidente de la fédération départementale du Nouveau Centre

Communiqué de presse de Nathalie Colin-Oesterlé, Présidente de la fédération de la Moselle, conseillère municipale de Metz, conseillère régionale, suite à l’annonce de Jean-Louis Borloo de ne pas être candidat à la prochaine élection présidentielle

 

« Dans toute décision importante il y a une part de considérations et de motivations personnelles qu’il convient de respecter et je me refuse à voir dans cette décision des calculs et des intérêts égoïstes ou politiciens.

Pour autant cette annonce, surprenante quant à sa forme et quant au moment choisi, intervient trois semaines après le déroulement des universités d’été de la toute nouvelle ARES (Alliance Républicaine Ecologique et Sociale) brisant là le dynamisme d’un grand mouvement centriste naissant et répondant à l’attente de nos concitoyens.

Il n’est pas certain que le retrait de Jean-Louis Borloo bénéficie à l’actuelle majorité présidentielle. Il ne faut pas en effet sous-estimer la déception de nombreux sympathisants de l’ARES qui pourraient se détourner des urnes au premier tour de l’élection présidentielle, la réduction du choix favorisant l’abstention.

C’est la raison pour laquelle je suis fermement convaincue qu’une candidature centriste au premier tour est indispensable car outre l’affichage de nos valeurs elle diminue l’abstention, réduit d’autant le score du FN et constitue une réserve de voix pour le candidat de la droite présent au second tour. »

de gauche à droite : Hervé DE CHARETTE, Jean-Louis BORLOO, Hervé MORIN et Jean-Marie BOCKEL

C’est avec un enthousiasme immense et un très grand espoir que samedi 7 mai, au Palais des congrès à Versailles, nous avons voté à l’unanimité l’adhésion du Nouveau Centre à la Confédération des centres.

Ce rassemblement des centristes s’inscrit dans une logique de victoire de notre famille politique lors des prochaines échéances électorales.

Si la France est bipolaire, avec deux grandes familles de pensée, la droite et la gauche, elle ne peut en revanche se satisfaire de deux seuls grands partis… La France n’est pas bipartiste, et le multipartisme existe à gauche, comme à droite !

Nos valeurs, celles du centre droit, seront portées par ce grand mouvement politique qui vient d’être fondé : Valeurs humanistes, profondément européennes car c’est dans l’Europe que nous nous accomplirons, valeurs d’équité et de responsabilité pour une société juste et solidaire, qui permet l’accession à l’égalité des chances de chacun de ses membres, une société de la reconnaissance avec une place pour chacun.

AFP/Stéphane de Sakutin

 

Suite à la décision de Jean-Louis Borloo de faire sortir le Parti Radical de l’UMP, Nathalie Colin Oesterlé, conseillère régionale, conseillère municipale et présidente départementale du Nouveau Centre se réjouit et adhère sans réserve au projet de création d’une confédération des Centres. Cette nouvelle « formation » aura pour vocation de positionner dans l’espace politique français un véritable CENTRE DROIT porté par des valeurs résolument humanistes, sociales et européennes.

La droite est composée aujourd’hui de multiples sensibilités qu’il est nécessaire de fédérer plutôt que d’étouffer, afin de permettre à notre famille de porter un projet ambitieux pour notre pays emportant l’adhésion de nos concitoyens.

La diversité est une richesse, et non un handicap.

Les dernières échéances électorales et la forte poussée du «parti des abstentionnistes » ont témoigné une nouvelle fois d’une rupture grave et profonde entre les Français et leurs dirigeants politiques. Il nous appartient aujourd’hui d’entendre les inquiétudes exprimées par nos compatriotes qui ne se sont pas déplacés pour voter ou qui ont donné leur voix aux extrêmes, et d’infléchir notre politique vers plus de justice sociale.

Nathalie Colin Oesterlé appelle, d’ores et déjà , tous les centristes de Moselle à se fédérer autour de ce projet porteur d’espérances nouvelles et véritable alternative dans le paysage politique français actuel.

Communiqué de presse - lundi 28 mars 2011

Le résultat du second tour des élections cantonales et la forte poussée du « parti des abstentionnistes » témoignent une nouvelle fois d’une rupture grave et profonde entre les Français et leurs dirigeants politiques.

C’est un signal fort adressé au gouvernement (et aux élus en place) à qui il appartient désormais d’entendre les inquiétudes exprimées par nos compatriotes qui ne se sont pas déplacés pour voter ou qui ont donné leur voix aux extrêmes, et d’infléchir sa politique vers plus de justice sociale.

Le gouvernement et l’UMP doivent cesser d’engendrer ou d’orchestrer de faux débats aussi improductifs que dangereux et s’attaquer aux questions vitales de pouvoir d’achat, d’emploi, de sécurité, d’immigration et de développement de la construction de l’Europe.

C’est la raison pour laquelle les Centristes ont décidé d’œuvrer à un Centre rassemblé et audible autour d’Hervé MORIN, Jean-Louis BORLOO, Jean-Marie BOCKEL et Jean ARTHUIS. Il est plus que jamais nécessaire de constituer ce pôle d’équilibre et de progrès qui amènera la majorité présidentielle à infléchir sa politique vers plus de justice et de cohésion sociale.

Sur le plan local, le Nouveau Centre se félicite de la victoire de Denis JACQUAT sur le canton de Metz 2. Elle est la preuve que le pluralisme exprimé au premier tour a permis de constituer une réserve de voix pour le second tour, et surtout d’empêcher le maintien du Front National, en offrant une alternative à la seule UMP.

Par ailleurs, la défaite de Madame PALLEZ, et le faible écart entre le PS et le FN sur Metz 1, constituent un avertissement sans frais pour la majorité municipale et sa manière autoritaire et méprisante de conduire les affaires de la ville, bien éloignée des réelles préoccupations de nos concitoyens.

 

Agenda

Twitter – nouveaucentre57

Le Nouveau Centre

RSS Le Nouveau Centre

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.

RSS Flux inconnu

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.