You are currently browsing the tag archive for the ‘MODEM’ tag.

METZ, 16 oct 2013 (AFP) – L’UMP a désigné la députée de Moselle Marie-Jo Zimmermann tête de liste aux municipales à Metz, avec pour mission de présenter une « liste d’union » pour battre le maire sortant PS Dominique Gros, a-t-on appris mercredi.

La commission d’investiture nationale de l’UMP a choisi mardi soir Mme Zimmermann, 62 ans, pour conduire une « liste d’union avec les UMP, les centristes de l’UDI et du MoDem » a déclaré à l’AFP Patrick Thil, secrétaire de l’UMP Moselle. « Mais les conditions de l’union restent à établir », à la fois sur le projet et sur la composition de la liste, a-t-il précisé.

En 2008 deux listes concurrentes de l’UMP à Metz, l’une menée par l’inamovible maire sortant Jean-Marie Rausch, qui visait un septième mandat, et l’autre par Marie-Jo Zimmermann, avait permis la victoire du socialiste Dominique Gros avec plus de 48% des voix, contre 27,4% pour M. Rausch et 24,3% pour Mme Zimmermann.

Les chefs de file messins de l’UDI et du MoDem, qui ont annoncé la semaine dernière leur intention de s’associer, conformément au rapprochement de leurs partis respectifs au niveau national, se sont montrés sensibles à l’appel de l’UMP. « Il faut trouver un accord avec les uns et les autres, comme un contrat de mariage » a ainsi déclaré à l’AFP Nathalie Colin-Oesterlé, chef de file UDI à Metz. Siégeant à la fois au conseil régional de Lorraine et au conseil municipal de Metz, elle a dit souhaiter une liste formée « à un tiers par l’UMP, un tiers par le centre et un tiers par la société civile ».

Quant à Mme Nathalie Griesbeck (MoDem), députée européenne et vice-présidente du conseil général de la Moselle, elle a souligné mercredi qu’elle entretenait de « bonnes relations » avec Mme Zimmermann, qu’elle avait déjà soutenue au second tour des municipales en 2008, et a aussi jugé nécessaire de rassembler les forces pour s’opposer au PS et regarder « au-delà des luttes partisanes ».

photo

On ne s’improvise pas candidat ou candidate à une élection législative du jour au lendemain, voire le jour même de la date limite du dépôt des candidatures. Les habitants de la 2ème circonscription de la Moselle méritent beaucoup mieux et doivent être respectés.

Depuis septembre 2011, Nathalie Colin-Oesterlé est sur le terrain.

Elle est au contact des habitants de cette circonscription, à leur écoute et en défend déjà les intérêts lorsqu’elle siège au conseil municipal de Metz, et qu’elle s’érige contre les augmentations d’impôts décidées par le Maire et sa majorité, et dont le principal artisan est Jean-Michel Toulouze.

Ou lorsqu’elle interpelle le Maire et sa majorité sur les problèmes de sécurité et d’insalubrité qui nuisent à la tranquillité de certains quartiers de Metz (Hauts de Vallières, la Grange aux Bois, Borny, …).

Ou lorsque, conseillère régionale, elle s’oppose farouchement à la gabegie que représente le projet de deuxième gare TGV à Vandières porté par les socialistes et leurs alliés.

Nul doute que les habitants de la 2ème circonscription de la Moselle sauront, le moment venu, faire la part des choses entre de vrais élus de terrains, expérimentés et respectueux de la population qu’ils vont représenter, et des candidats « de secours » qui sont encore à se demander de combien de cantons et de communes est constituée la circonscription sur laquelle ils ont été « débarqués ».

Communiqué de presse de Nathalie Colin-Oesterlé suite aux propos de Stéphane Martalié (membre de la majorité municipale de Metz) dans les colonnes du Républicain Lorrain

Si les ricanements de monsieur Martalié ont sans aucun doute passionné les Messins, ce dernier ferait mieux de se frotter aux électeurs dans le cadre d’un scrutin uninominal. Comme son ami Thierry Jean, dont il n’est que l’homme lige, il préfère communiquer de son fauteuil dans l’édition du dimanche du Républicain Lorrain plutôt que d’aller s’exposer courageusement au verdict des urnes !

Ces messieurs voudraient ils se venger de mes prises de position récentes sur les projets qu’ ils portaient ? Grand bien leur fasse.

Adhérente à l’UDF depuis l’âge de 18 ans, portant les valeurs de cette famille politique depuis 30 ans, j’ai toujours voté à droite et ne l’ai jamais caché. La fidélité à mes valeurs est effectivement une de mes qualités. J’ai d’ailleurs quitté l’UDF lorsque François Bayrou a refusé en 2007 de choisir entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, condamnant alors son parti à l’éclatement et créant le modem.

La droite est riche de sa diversité et de ses différents courants.

Monsieur Martalié, ancien UDF, aujourd’hui conseiller municipal de gauche et membre de l’équipe de Dominique Gros, en apportant son soutien à François Bayrou, avant de voter François Hollande au second tour, étale au grand jour les alliances PS-modem qui existent déjà localement et existeront demain au niveau national en cas de victoire de monsieur Hollande.

C’est ce qu’on appelle le syndrome du pamplemousse rose : orangé à l’extérieur, rose à l’intérieur… CQFD

Agenda

Twitter – nouveaucentre57

Le Nouveau Centre

RSS Le Nouveau Centre

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.

RSS Flux inconnu

  • Une erreur est survenue ; le flux est probablement indisponible. Veuillez réessayer plus tard.